This photo is © Iris della Re

La Patagonie était un rêve depuis quelques années déjà, et j’ai eu la chance de pouvoir le vivre au printemps 2013.

L’idée de ce voyage était de « naviguer » dans le sud de l’Argentine, entre El Calafate, El Chalten et Ushuaïa. Aller jusqu’au Chili était tentant, mais malheureusement le temps était compté…

Chacun de ces coins est unique. Mais leur point commun est cette lumière et ces couleurs éclatantes, cette ambiance de bout du monde, aux paysages battus par les vents, immenses, sauvages…

A El Calafate, il ne faut pas manquer le trekking du glacier bleu du Perito Moreno, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Des cours d’eau et des lacs translucides, des crevasses passant par toutes les nuances de bleu, un blanc immaculé (enfin presque, car même là-bas la pollution commence à faire des dégâts par endroits malheureusement)…Ses chutes de blocs de glace provoquant de mini tsunamis dans un bruit assourdissant sont quelque chose à voir également, et surtout à entendre, avec l’impression qu’elles résonnent dans le monde entier!

El Chalten, à trois heures de route d’El Calafate, est un village complètement atypique et perdu, le paradis des randonneurs! Certaines marches peuvent vous conduire à de petits glaciers aux paysages minéraux saisissants. Pour les atteindre, vous pourriez être amenés à traverser de vastes étendues verdoyantes aux arbres calcinés, la nature essayant de reprendre ses droits après un vaste incendie il y a plusieurs années…El Chalten est également le coin rêvé pour les grimpeurs, à cause du Mont Fitz Roy, qui est l’un des sommets les plus compliqués à atteindre au monde!

Enfin, Ushuaïa, « el fin del mundo », ville la plus australe du monde…Elle n’est pas spécialement belle en elle-même, elle se construit, c’est un peu de bric et de broc, mais l’ambiance y est vraiment particulière (due peut-être aussi à son ancien pénitencier?)…L’imaginaire joue à fond là bas! Réaliser qu’on est au bout du monde fait quand même quelque chose! Et puis que dire de la rencontre des petits manchots, à quelques heures de traversée de là? Rien, si ce n’est que c’est magique!